Bewoners interpellatie: 

'Save the City Gardens'
Petit rappel de la chronologie:

- Commission de concertation public: 15 février 2008
- Commission de concertation huis clos: 14 mars 2008
- Avis faborable de la gestion reprenant les arguments pro: 17 avril 2008
- Permis d'urbanisme: 10 juin 2008
Le dossier était donc loin d'être gagné au niveau de la commune, et est seulement defendu par la commune elle-même.

L'argumentation de 3 autres services est extrêmement claire précise bien les arguments, et répond de manière négative à tous les arguments soulevés par la commune, quelques exemples....

Les seuls voix pro (3) pour le projet viennent des personnes de la commune, elle-même promoteur du projet.Les 3 autres services consultés extérieurs à la commune ont tous votés contre, sauf une abstention:

 

 

 

Aménagement du Territoire et Logement (AAT):
Service des Monuments et Sites - Mme Kreutz (contre, très claire),
Service Urbanisme - Mme Henry (abstention)

Immobilier entreprise et logement à Bruxelles ( S.D.R.B. / G.O.M.B).:
Mme Dechamps contre

Institut bruxellois pour la gestion de l'environnement (IBGE / BIM):
Mme Despeer contre

Arguments:


 

  • Vu la configuration particulière de la parcelle profonde et élargie sur beaucoup d’autres jardins ;
  • Considérant la qualité exceptionnelle de l’intérieur de l’îlot entièrement dévolu aux jardins et plantations en grande majorité ;
  • Considérant que les parcelles jouxtant le projet avenue Milcamps se situent en contrebas de la parcelle concernée ;
  • Considérant que la construction de la crèche dans cette partie de l’îlot est en complète contradiction avec la prescription générale 0.6 du PRAS ;
  • Considérant que, malgré les efforts d’intégration au site (toiture verte, …) et la proposition de replantation le long du mur mitoyen du fond (après l’abattage de 11 arbres) l’implantation du bâtiment sur la presque totalité du terrain porte gravement atteinte à l’intérieur de l’îlot, nuit aux qualités végétales, esthétiques et paysagères de l’endroit ;
  • Considérant également que la construction si elle ne génère pas directement une rehaussé des murs mitoyens, impose malgré tout d’importantes rehausses contre ces murs aux nombreux voisins directs ;
  • Considérant que cette construction est surmontée de verrières accentuant encore l’émergence et sa position dominante sur les autres jardins;
  • Considérant que le projet ne répond en rien aux conditions imposés par le PRAS (2.5) concernant l’atteinte à l’intérieur de l’îlot par de l’équipement, à savoir :
  • les caractéristiques urbanistiques des constructions ne s’accordent pas au cadre urbain environnant ;
  • la nature des activités est compatible avec l’habitation en tant que complément social mais est difficilement compatible avec la qualité et la quiétude de l’intérieur de cet îlot ;
  • Considérant que si l’implantation d’une nouvelle crèche s’avère importante à cet endroit de la commune, il y a lieu, néanmoins, de respecter les caractéristiques intrinsèques des lieux ;
  • Considérant que l’accès à la crèche ainsi que les locaux de gestion se situent au rez-de-chaussée de l’immeuble principal avant ;
  • Considérant que le bâtiment principal, comportant 400m², aurait pu accueillir, moyennant certains aménagements, ce type d’équipement collectif évitant l’atteinte à l’intérieur d’îlot ;
  • Considérant que l’accès aux 3 logements n’est pas entièrement dissocié du fonctionnement de la crèche (bureau administratif à l’avant) ;
  • Considérant que le rapport d’incidences met en évidence les qualités patrimoniales de l’immeuble ;
  • Considérant que l’aménagement des 3 logements tel que proposé nuit fortement aux qualités spatiales, volumétriques, architecturales et patrimoniales de l’intérieur de cet hôtel de maître ;
  • Considérant qu’aucune amélioration n’est prévue au niveau de la zone de recul, jouant pourtant un rôle esthétique et paysager important depuis l’espace public ;
  • Considérant qu’il parait difficile d’attribuer au garage précédent dans l’immeuble la fonction de pose et dépose des enfants sans créer de problème de circulation sur la voirie régionale (av. Plasky) ;
  • Considérant que les terrasses créées en façade arrière nécessitent également des rehausses de mitoyens ou à défaut créant des vues directes inacceptables sur les parcelles voisines ;
  • Considérant, de tout ce qui précède, que le projet, bien que représentant des qualités architecturales intéressantes n’en reste pas moins inacceptable au vu de la qualité de l’intérieur d’îlot ;
  • Vu le risque de précédent ;
  • AVIS DEFAVORABLE (Mmes M. Kreutz, V. Despeer et V. Dechamps).

La responsable du Service Monuments et Sites  (Aménagement du Territoire et Logement - AAT) était particulièremt claire lors des débats au sujet de la possibilité d'installer la crèche dans la maison: Mme Kreutz (AATL - DMS) estime qu’une crèche est nécessaire et se réjouit également de la conservation du  patrimoine existant, mais regrette que certains éléments décoratifs intéressants aient déjà disparu. Par ailleurs, l’aménagement des logements aura certainement pour conséquence de devoir supprimer des portes intérieures, des lambris, etc. et cela est vraiment catastrophique sur le plan patrimonial. Elle dit ne pas pouvoir défendre un projet de crèche en intérieur d’îlot sous le prétexte de la conservation du patrimoine dans l’immeuble à rue.