FABRICE VOOGT, jeudi 23 avril 2009,

Le projet ferroviaire touchant la rue du Progrès passe en concertation ce vendredi.
Expropriations en vue.

Les projets des uns rencontreront l'inquiétude des autres, ce vendredi, à l'occasion de la commission de concertation de Schaerbeek. Elle devra se pencher sur la demande de permis d'Urbanisme d'Infrabel portant sur la réalisation du projet d'extension de la capacité ferroviaire dans la zone dite Quadrilatère Nord, un nœud important du réseau ferroviaire. Le projet consiste en la création d'un viaduc le long de la rue du Progrès en vue de permettre le passage de la ligne 36 N (Liège-Cologne) au-dessus de la ligne 50 (Dendermonde) à une hauteur de 9 mètres afin de supprimer leur cisaillement actuel.

« Selon Infrabel, ce résultat ne peut être atteint sans démolir une trentaine d'habitations de la rue du Progrès, explique Inter-Environnement-Bruxelles (IEB), soit un pan entier de rue » (il s'agit plus précisément des numéros 214 à 270).

Ces expropriations, si elles s'avèrent, concerneraient 85 ménages, soit 218 habitants.

Or, « beaucoup sont locataires et ne bénéficient pour ainsi dire d'aucune protection légale en cas d'expropriation et ont peu de chances de pouvoir se reloger à des conditions financières similaires

(NDLR : le loyer oscille entre 200 et 400 euros par mois, une modération qui s'explique par l'ancienneté des baux et la dévaluation due aux nuisances sonores et vibratoires liées au chemin de fer) », s'inquiète Claire Scohier (IEB), selon qui les pouvoirs publics (Commune et Région) n'ont pas contesté le projet et encore moins « ses conséquences sociales et humaines ». « On se trouve ici face à un arbitrage entre l'efficience d'un moyen de transport public servant la collectivité et la préservation de la vie d'un quartier et du droit au logement de ses habitants ».

S'engager à reconstruire

Pour Inter-Environnement, des alternatives existent qui pourraient rencontrer les intérêts de tous, comme un viaduc en intérieur de voie. « L'étude d'incidence dit le contraire », avance pour sa part la bourgmestre Cécile Jodogne (MR), qui s'insurge contre les assertions selon lesquelles Schaerbeek voit dans cette opération l'occasion de réaménager à bon compte son espace public : « C'est scandaleux de prétendre cela. Si le permis est délivré, nous profiterons évidemment des travaux pour moderniser le quartier, mais notre responsabilité reste de veiller à ce qu'ils provoquent le moins de nuisances possible et qu'une solution soit trouvée pour les habitants. Nous négocions d'ailleurs avec Infrabel en ce sens ». Précisément, les associations exigent qu'en cas de délivrance du permis, le projet soit conditionné à la signature d'une convention par laquelle Infrabel s'engage à reconstruire une surface équivalente en logement dans la zone concernée pour reloger les locataires.