Près de 10 % des Bruxellois ont des dettes. Une véritable industrie est née autour de cet endettement, une industrie qui gagne beaucoup d’argent avec la dette des autres. C’est pourquoi la députée bruxelloise Hannelore Goeman et le Ministre Pascal Smet (tous deux sp.a) lancent cinq propositions pour lutter contre l’accumulation de dettes. Elles ont été présentées aujourd'hui lors d’une journée d'étude au Parlement bruxellois. 

Hannelore Goeman : « La problématique de l’endettement menace de plus en plus de personnes, également à Bruxelles. Une facture impayée de 20 euros peut facilement entraîner une dette de 150 euros. Je trouve inacceptable que certains huissiers de justice et bureaux de recouvrement gagnent de l’argent grâce à l’endettement d’autrui. Il faut restreindre cette industrie de la dette et nous devons éviter l’accumulation de dettes. »

1. Recouvrement de dettes éthique via un organisme public : tous les pouvoirs publics, comme les hôpitaux publics, doivent encaisser les créances via un seul organisme central. Cet organisme fonctionne de manière éthique afin que la créance soit récupérée de manière correcte et efficace.

2. Formation à propos de l’endettement à l’école : les pouvoirs publics doivent veiller à ce que les écoles agissent de manière plus consciente avec les créances en organisant des formations sur la maîtrise des coûts et le recouvrement de dettes éthique. Hannelore Goeman : « Le groupe de parents qui ne parviennent pas à payer leurs factures scolaires ne fait que croître. Certaines écoles disent aux enfants que leurs parents doivent payer les factures scolaires sinon ils ne partiront pas en voyage scolaire. C’est inacceptable. Je veux que les écoles agissent de manière consciente en la matière. »

3. Interdiction de la publicité pour les jeux de hasard dans les transports publics : les jeux de hasard entraînent souvent l’endettement. Hannelore Goeman : « C’est pourquoi il faut également restreindre la publicité pour les jeux de hasard. Je trouve scandaleux qu’il y ait de la publicité pour les jeux de hasard dans les transports publics. Dès lors, une première étape consiste en l’interdiction générale de la publicité pour les jeux de hasard dans les transports publics. 

4. Davantage de temps pour la médiation en cas de facture d’eau impayée : le sp.a veut modifier l’ordonnance bruxelloise sur l’eau afin que les CPAS disposent de plus de temps pour chercher une solution pour les factures impayées avant qu’Hydrobru n’entreprenne des démarches judiciaires pour couper l’eau.

5. Davantage de médiateurs de dettes dans les CPAS : les gens endettés doivent bénéficier d'une aide plus rapide des médiateurs de dettes, qui proposent un plan d’amortissement raisonnable. Le Ministre Pascal Smet : « J’ai prévu des moyens supplémentaires pour que tous les CPAS bruxellois puissent engager des médiateurs de dettes, afin que les gens puissent être aidés plus rapidement. »