La place de la Duchesse de Brabant faisait partie d’un contrat de quartier sous la législature précédente. Dans le cadre de ce contrat de quartier, la place avait fait l’objet d'une étude approfondie par un bureau d’urbanisme. À l’époque, le collège échevinal avait décidé à l’unanimité de procéder à certains aménagements qui ont également fait l’objet de discussions approfondies avec le quartier. On avait notamment opté pour ne plus autoriser aucune circulation sur certains tronçons autour de la place. Et ce, en vue d’améliorer la sécurité des usagers faibles (ex. : devant l’école), pour réguler le trafic de transit qui n’utilisait la place que comme passage et améliorer le passage des bus qui étaient souvent coincés dans les embouteillages. Par ailleurs, la place proprement dite avait même été interdite aux voitures et les emplacements de parking perdus avaient été compensés autour de la place et en prévoyant une boucle de stationnement le long du côté de la rue de Birmingham.

Très rapidement après la désignation du nouveau collège échevinal, les aménagements autour de la place avaient été retirés. Les écluses à bus ont été comblées et les sens de circulation ont, à nouveau, été inversés. Par conséquent, la circulation de transit autour de la place était à nouveau possible, entraînant de nombreuses voitures en plus uniquement en transit. La sécurité routière a également régressé, car les automobilistes y circulaient souvent de manière téméraire et à haute vitesse. Ceci fut malheureusement clair, lorsqu'il y a quelques temps, un enfant a été renversé et gravement blessé sur la place devant l’école, alors qu’il traversait la rue.

Après quelques années, le marché est également revenu sur la Place de la Duchesse de Brabant. La commune n’a pas assuré un bon suivi de ce marché, ne repositionnait pas les potelets qui cloisonnaient le marché et ne verbalisait que très peu, ce qui fait que la partie sud de la place redevint un grand parking qui, par ailleurs, est gratuit. Quelque temps plus tard, la même chose s’est produit sur la partie nord. Vu qu’il n’y avait que peu de verbalisation, la commune donnait également le signal qu’il n’y avait aucun problème. Malheureusement, ceci se produit aussi à de nombreux autres endroits dans la commune, comme sur la place communale, ce qui donne l’impression que tout est permis à Molenbeek.

Toutefois, un grand nombre de riverains estimaient et estiment qu’il s’agit bel et bien d'un problème. Les personnes plus âgées, les enfants et leurs parents (principalement des mamans) avaient pris possession de la place et l’utilisaient de manière très intensive. C’est également logique puisqu’il n’y a que peu d’espaces publics dans cette partie de Molenbeek où les enfants peuvent jouer librement. Le retour des voitures sur la place rend toutefois quasi impossible le fait de jouer en toute sécurité sur la place. C’est non seulement regrettable, mais il s’agit aussi d’un acte irresponsable et d’une mauvaise politique, et par ailleurs, c’est illégal. Il est donc incompréhensible que la commune laisse faire. Heureusement, il y a un comité de quartier actif qui aspire depuis longtemps au rétablissement de la situation sur la place. Lors d'une interpellation citoyenne, cet été, ils ont fait un certain nombre de propositions constructives et réalisables à très court terme. On plaidait notamment pour le cloisonnement physique total de la partie supérieure de la place ce qui en ferait à nouveau un espace de jeu. Pour ce faire, il faudrait dès lors déplacer le marché.

La réaction de l’ensemble du conseil communal fut très positive. L’échevin des classes moyennes était d’accord avec la proposition de déplacer partiellement le marché et a même déclaré qu’une solution serait trouvée à court terme.

Photo: ©Johannes Wachter