De PS-sp.a en cdH vrezen dat het spreek- en controlerecht van de oppositie in de gemeenteraad nogmaals wordt beperkt.

Op de agenda van de gemeenteraad van vanavond 21 november 2007 heeft de MR-Ecolo meerderheid een zeer grondige wijziging van het Huishoudelijk Reglement van de gemeenteraad gezet. Zowel de PS-sp.a, als de cdH-fractie vrezen dat dit bedoeld is om de oppositie de mond te snoeren.

Dit is de tweede keer in 1 jaar dat het reglement wordt aangepast en dat de meerderheid poogt om het spreekrecht van de oppositie in te perken. Enkele weken na de installatie van de nieuwe gemeenteraad werd een wijziging voorgesteld die de spreekduur van de gemeenteraadsleden in minuten afmeet.

 

Op vraag van de fractieleiders van alle democratische partijen heeft men gezocht naar een redelijk voorstel dat de evenwichten tussen meerderheid en oppositie respecteert.

 


 

Met het voorstel van wijziging van het Huishoudelijk reglement dat vandaag voorligt, komt men hierop terug en gaat men zelfs nog een stap verder.

Onze hoofdbezwaren zijn :

  • Een drastische beperking van de spreekduur voor gemeenteraadsleden voor alle punten van de agenda
  • Een globale tijdsbeperking voor mondelinge vragen tot maximaal 30 minuten / gemeenteraad. Dit is het enige moment waarop de oppositie het college kan interpelleren over haar beleid. Nu wordt daaraan 2 à 3 uren gespendeerd !
  • Geen enkele mondelinge vraag kan nog aanleiding geven tot een debat.!
  • Het voorrecht van de meerderheid om interpellaties te censureren
  • Geringere transparantie in de beslissingen genomen door het college

Om al deze redenen, is het voorstel van wijziging van het reglement onaanvaardbaar !

 


Commune de Schaerbeek :  PS et cdH craignent la perte du droit à la parole et au contrôle démocratique

La majorité MR-Ecolo a mis à l’ordre du jour du prochain Conseil communal de Schaerbeek - ce mercredi 21 novembre - une proposition de modification complète du Règlement d’ordre intérieur (ROI) du Conseil. Le PS et le cdH craignent que cette initiative soit inspirée par la volonté de leur couper la parole.

C’est déjà la deuxième fois en un peu plus d’un an, que MR et Ecolo veulent réduire les droits de l’opposition. Quelques semaines après la mise en place du nouveau Conseil communal suite aux élections d’octobre 2006,  la majorité avait déposé une proposition de modification du ROI qui visait notamment à limiter les temps de parole au Conseil communal.  A la demande du PS et du cdH, les chefs de groupe de tous les partis démocratiques s’étaient réunis afin de trouver un équilibre indispensable dans les rapports entre la majorité et l’opposition.

Suite à cette concertation, MR et Ecolo avaient fait marche arrière. Non seulement, aujourd’hui, cet équilibre n’est plus respecté mais le projet de modification du ROI va encore plus loin !

Alors qu’en démocratie, les règles de fonctionnement des institutions ont comme pierre angulaire le respect de la minorité, ce projet remet en cause les droits de l’opposition, principalement – mais pas seulement – en matière de temps de parole et de capacité à interroger le Collège.

Face à ce projet, les principaux obstacles du PS et du cdH sont:

  •      limitation drastique du temps de parole des conseillers communaux, pour n’importe quel point à l’ordre du jour du Conseil Communal
  •      limitation du temps global dévolu au CC pour les questions orales au Collège, soit 30 minutes par séance mensuelle du Conseil ! Seule possibilité pour l’opposition d’interpeller le Collège, cette séance dure aujourd’hui entre 2 et 3 heures
  •     limitation de la capacité de l’opposition à interpeller le Collège puisqu’il est dorénavant prévu qu’aucune question orale ne pourra faire l’objet d’un débat !
  •     de nouveaux droits à la majorité du Conseil pour « censurer » les interpellations venant du Conseil
  •     diminution de la transparence dans les actes posés par le CollègePour toutes ces raisons, le projet qui est sur la table est tout bonnement inacceptable !

Sous réserve de l’examen de la légalité de ces propositions – qui est en cours –, le PS et le cdH condamnent ce choix d’opportunité fait par la majorité qui consiste à diminuer – par tous les moyens possibles – les droits et les capacités d’actions de l’opposition.

Aucune majorité respectueuse de l’opposition n’oserait toucher à cet élément démocratique central que sont les droits de l’opposition. Le MR et Ecolo ont fait le choix inverse. C’est plus que regrettable.

Contact PS : Yves Goldstein, 0475/326.047
Contact cdH : Laurent Daube, 0497/411.276